AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Apprendre à marcher ... [TERMINE

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Evvie Tramore

avatar

▬INSCRIPTION DAY : 08/07/2008
▬NBRE MESSAGES : 59
▬CONFRERIE : Bêta

MessageSujet: Re: Apprendre à marcher ... [TERMINE   Mer 13 Aoû - 9:54

[Oui, oui tu peux . Avec plaisir :) J'ai hâte de voir pourquoi tu es dans le couloir ^^]

EDIT NATE : OK.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Older Sister
    • La vie est une pathétique démesure .;

avatar

▬INSCRIPTION DAY : 29/06/2008
▬NBRE MESSAGES : 321

MessageSujet: Re: Apprendre à marcher ... [TERMINE   Jeu 14 Aoû - 0:08

.« Les couloirs étaient de nouveaux calmes. Je n'avais qu'apercu ce qui avait pu se passer ou du moins j'avais pu comprendre puisque lorsqu'une foule se regroupe & qu'elle se disperce dans les couloirs, cela veut malheureusement dire qu'il y a eu une bagarre ou du moins un fait y rapprochant. C'est fou ce que les etudiants peuvent être intérrésses par les bagarres & non par leurs études. Je ne vais pas me plaindre, suivre deux heures de cour avec mon professeur de physique était pire que supporter les flammes de l'enfer, tiens cela me rappelait étrangement ma grande tante, Avril, elle avait toujours affirmer qu'elle préférerait mourir en classe qu'autre part & que nous avions la chance de pouvoir aller à l'école. Tiens, je me demande toujours quelle casse, elle a bien pu sauter dans cette époque parce que ce n'est pas difficile de comprendre que nous sommes facher avec l'éducation, plus par plaisir que par principe mais bon, il y a toujours deux ou trois personnes pour repêcher les autres, c'est cela la solidarité. Malheureusement, elle n'existe que dans les collèges & les lycées, une fois à l'Université, c'est chacun pour soit, ce n'est pas si destabilisant, tu choisis au moins avec qui tu veux trainer ou pas, ta confrérie, c'est comme ta seconde famille & j'étais bien placé pour le savoir puisque ma famille était un peu ma confrérie, du moins deux parties..

.« En tout cas, vu la tête que les gens faisaient en s'éloignant, j'étais cassiment sûr de ne pas me tromper que j'allais directement vers le lieux en question d'il y a quelques minutes. Je n'aime pas les bagarres, du moins celles qui ne consernent pas un Delta avec un autre élève, ces types là méritent de passer sous un comprésseur, bon, on a compris, je ne les aimes pas du tout. C'est pas réciproque dans le sens où une de leur meneuse me court après, je ne plaisante pas sur ces choses là. C'était même la raison de mon départ en sens inverse qui me mènerait vers ma confrérie parce que je savais qu'elle m'attendait. D'après son message hier, je n'avais pas pu m'empecher de le lire, le positif dans tout cela c'est que j'avais été prévenu qu'elle allait venir donc je pouvais prévoir à l'avance & me ruait de l'autre côté. Je me fichais de savoir pourquoi elle voulait me parler mais ce dont j'étais sûr c'était que les autres dizaines ou centaines de fois précédament, elle n'avait pas arrêté de s'excuser & de me demander pardon, ce à quoi je repondais toujours par un bon & aimable "C'est déjà fait" mais elle n'avait pas compris qu'il voulait aussi signifier qu'elle était sortie de ma vie. Certaines filles sont trop collante & d'autre comme Evvie Tramore, ne l'étaient pas du tout. Elle était vraiment simple cette fille, timide sur les bords mais quand on ne connait pas quelqu'un, il est vrai qu'on va pas l'aborder de but en blanc. Après tout même si ces deux là ne le savait pas, Evvie & Cedric avaient toutes leur chance l'un avec l'autre mais bon parfois je me demandais si leur relation était normale. Quoique la mienne ne l'était pas, c'était peut être pour cela que je pensais pareil des autres. « Un drogué pense que tous ceux qui l'entourent se droguent aussi ». C'était à peu près mon syndrome & je le fuyais comme la peste mais comme on le sait, elle n'a épargné personne.

.« En passant dans certains couloirs, je compris ou plutôt entendis que les personnes qui s'étaient battus ne m'étaient pas si différentes puisqu'il s'agisait encore, vous voyez certaines chose peuvent tourner à l'habitude, de Matthiew, un de mes amis, & Brian, un type que je n'aimais guère. Cela doit être assez reciproque parce qu'il pense que c'est de ma faute si Hannah & moi avont rompu. Je soupsonne Hannah de n'en avoir que trop peu avoué site à notre rupture, n'empeche, elle peut faire n'importe quoi, je ne l'aime pas donc pas de raison que je retourne avec elle, encore heureux, tiens mon subconscient à l'air totalement en accord avec moi, pour une fois que la culpabilité ne me rongeait pas. Qui dit véritable amour dit bonheur toujours, du moins à ce que disais ce fichu bouquin que Keyah m'avait passé pour l'exposé que l'on devait faire en groupe. Arf, me retrouvais avec l'ex petite amie d'un ami, c'est l'horreur, elle vous posera des multitudes de question mais aucune sur le sujet. En tout cas, j'étais heureux que Cedric soit toujours simpas avec elle, après tout, il avait comme moi toutes les raisons de lui en vouloir à vie, c'était un peu mon exemple, c'était lui qui m'avait donné la force en quelque sorte de pardonner. Maintenant, je crois que je n'aurais pas du, parce que Hannah pensait des choses.. qui ne sont pas vrais & empieter sur mon territoire, même si Chel's n'était ni un emplacement, mis à part mon coeur, ni un object. Enfin voilà quoi, je zizaguais si facilement dans les couloirs, ne touchant personne, don inné que j'utilisais insconsciament, les yeux vers les affaires que je me trimballais faute d'avoir oublié mon sac de cour à la confrérie.

.« Quand je relevais la tête, ce fut assûrement la première chose que mes yeux rencontrèrent. Frappé par l'étonnement, je m'arrêtais net, clignais plusieurs fois des yeux avant de me rendre compte que je ne rêvais pas & que les gloussements & moqueries que j'entendais, étaient bel & bien la preuve que Evvie était par terre, tête contre le mur. Est-ce qu'il s'était passé quelque chose ? Je n'en savais rien parce que je n'avais pas été là, tout ce que j'entendis ce fut des brides de paroles des Epsilons, ce que je n'aime pas ces filles, elles étaient de un pas des attirantes, Chelsey était dix milles fois plus belle qu'elle & sans maquillage, & de deux elles étaient trop superficielle pour moi, cela m'avait coûté une fois. Des mots comme "baisers", "départ" & "Cedric" sifflèrent à mes oreilles & mon ventre se torda sur lui-même. Je n'avais pas envie de la laisser comme cela, c'était surtout le fait qu'on ne pouvait pas la laisser comme cela dans le couloir & je m'étonnais que personne ne soit venu l'aider. Lâchant mes livres, je me précipitais vers le corps immobile d'Evvie, essuyant automatiquement les larmes qui coulaient sur ses jours ce qui la fit ouvrir, en retour les yeux. Ils étaient bouffis & rouge, preuve materielle qu'elle avait pleuré peu avant mon arrivé & je n'avais qu'une chose, faire taire ses bécases, mais je devais d'abord m'occuper d'elle. Tout ce que je reussis à faire, c'etait à lui sourire un peu gêné & elle voulut dire quelque chose mais rien ne sortit, j'acquiestais de la tête, elle n'avait pas besoin de parler, je savais que les larmes avaient irrités sa gorge & qu'elle ne pouvait plus parler ou avait du mal, cela m'était arrivé bien des fois. Posant ma main droite sur sa tête, je baissais les yeux vers ses jambes. Peut être qu'une fois debout & loin sans temoin, elle pourrait prendre tout son temps pour parler.

« Tu peux bouger Evvie ? » demandais-je inquiet.

.« Voyant qu'elle ne réagissait pas, je poussais un long soupire avant d'avaler ma salive. J'étais censé faire quoi maintenant ? Me levant, je retournais à l'endroit où j'avais laissé mes livres, on ne sait jamais si on me les piquait, j'en connais une qui accrocherait bien ma tête sur un piquet en signe de protestation sur les devoirs communs, & revenais ensuite vers Evvie. Elle n'avait pas bougé d'un pouce, ni même les filles qui l'observait, roulant des yeux, je les bousculais assez fort, sans le faire bien évidament, pour qu'elles nous laissent de l'air, chose qu'elles firent, elles ne devaient pas en avoir eu pour leur argent ou étaient trop rassasier & en voulait plus, pire que des charogniars. Posant ma main droite sur la jambe d'Evivie, j'esquissais un sourire rieur qui se voulait rassurant. Mes livres sous le bras gauche, j'attrapais le bras d'Evvie avant de le mettre autour de mon cou, tiens cela me rappelait un film manque de peau, les premiers secours m'avaient échappé.

« Tu veux aller à l'infirmerie ? » Négatif « Tu veux aller à ta confrérie ? » Toujours rien. « Tu veux en parler Evvie ? Dès qu'on est dans un endroit calme » affirmais-je sans entendre la reponse tandis que je la hissais un peu plus sur moi, pour prendre appuie sur mon centre de gravité. « Je me demande bien qui ou quoi a pu te mettre dans ce sale état » grognais-je.

_________________
    J'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l'indifférence .;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evvie Tramore

avatar

▬INSCRIPTION DAY : 08/07/2008
▬NBRE MESSAGES : 59
▬CONFRERIE : Bêta

MessageSujet: Re: Apprendre à marcher ... [TERMINE   Jeu 14 Aoû - 19:10

    Je savais que j'avais agis & réagis. Ce n'était pas la fin du monde après tout. Je l'avais embrassé Ok. Et alors ? Il m'avait embrassé avant, sans raison apparente. Enfin presque. Puisque pour moi le "je t'aime" de la fin était une raison. J'étais une idiote, je croyais ce que tout le monde me disait. Je croyais peut-être connaître Cédric, mais peut-être était-ce seulement un beau parleur. Souvent les ados américains faisaient des choses horribles comme, mieux sortir avec pour mieux jeter après. Je voulais me faire à l'idée que Cédric était parfait, enfin presque, personne n'est parfait. Mais après tout, je ne le voyais pas vraiment tel qu'il était. je le voyais beau à en tomber & au sourire charmeur. Mais en vrai il était peut-être tout ce qu'il y a de pire, égoïste, mesquin et égocentrique. J'avais beau essayé de me faire à l'idée que tout ça était peut-être vrai, mais inconsciemment je me le refusais. Je voulais qu'il soit beau, je voulais qu'il soit parfait à mes yeux, & je voulais qu'il soit gentil & attentionné avec moi. De toute façon, à part aujourd'hui, et encore, je n'avais jamais accompli une de mes nombreuses résolutions, comme, arrêter de relire les romans de Shakespeare, essayer d'être plus sociale, être moins distraire, moins timide et arrêter le plus de rougir, rire et sourire plus. La seule que j'avais réussie à accomplir était de parler à Cédric, même si notre conversation n'était pas la plus anodine. C'est sûre qu'une conversation de "euh", de bégaiements et de baisers n'était pas celle que l'on voyait partout dans les casiers de Dartmouth.

    Mais pour le moment je ne parlais plus à Cédric. Tout simplement parce qu'il était parti. Pour le moment je pleurais. Sans aucune raison valable. Lorsque quelqu'un vous dit qu'il part & qu'il ne sait pas quand il reviendra, vous régissez comment ? Certainement pas comme moi, pour le coup d'émotions intenses, j'étais unique en mon genre. Vous auriez certainement pleurer un peu, et attendus le retour de la personne en question gentiment comme un bon toutou (Jacob xD) en remuant la queue. Vous auriez continuer à vivre comme vous le faisiez avant, bien sur cette personne vous manquerez, mais vous vous en remettriez un jour ou l'autre. Et dans mon cas, lorsqu'il est partit, je n'ai pas sus comment réagir, non non, rectification, je n'ai pas réagis. Oui, je suis tombée à terre, molle, comme décomposée, comme si j'avais perdu la moitié de mon corps. Et j'avais pleuré, pas comme vous bien sûr, à chaude larme, comme si je ne pouvais jamais m'arrêter. J'avais les yeux bouffies et rouges, comme si tout les vaisseaux de mes yeux avaient tous éclatés en un instant. En y pensant, vous vus seriez certainement partit dans votre chambre afin de pouvoir pleurer sans que personne ne puisse vous voir. Moi, j'étais restée là, au même endroit où il m'avait laissée. Personne au monde n'aurait régis comme moi, j'en étais sûre, j'aurais pus parier ma vie sur ça.

    Je n'entendais plus aucun bruit, mes oreilles s'étaient bouchées par je ne sais quel moyen. Je n'entendais plus les rires, les cris apeurés par mon état (on aurait dit que je venait d'être poignardée), les pas des élèves sur le carrelage du couloir, les bruits de fonds d'Epsilon racontant mon histoire -en modifiant quelque chose bien sûr . Je continuais à pleurer me demandant dans combien de temps mon corps serait desséché. Je voulais me relever et partir en courant dans ma chambre, le seul endroit où j'aurais pus avoir du réconfort. Je me demandais quelle heure il était, pourquoi personne ici n'avait de cours, où d'autre chose à faire. Je m'appuyais la tête contre les casiers. Ce geste avait pris, je pense, le reste d'énergie qu'il me restait dans le corps. J'avalais ma salive et grimaça, ma gorge était irritée et me brûlait. Les larmes s'étaient arrêter, peut-être pour un cours instant, mais cet instant me donna un grand soulagement. Je reniflais, pas très glamour mais on fait avec ce qu'on a. Mes petits sursaut que j'avais à force de pleurer, comme des hoquets, avaient disparus eux aussi. Quelqu'un me toucha le visage, ce qui me fit ouvrir les yeux. Si je n'avais pas été dans un si piteux état, je crois que j'aurais sursauté, mais ce n'était pas le cas. Je ne voyais rien pour le moment, mes yeux étaient couvert d'une sorte de voile flou, à cause des larmes.La personne me posa sa main sur ma tête, j'étais à peu près sûre que c'était un garçon, puisque mal grès qu'elle soit douce, ça main était beaucoup plus grosse qu'une main de femme, comme la mienne.

    Tu peux bouger Evvie ?


    Il était revenue ? Mes oreilles étaient encore un léger poil bouchés et je n'étais pas sûre que cette voix soit son ténor. Mais peut-être que je me trompais. Peut-être m'avait-il fait une blague, pour tester ma réaction après son aveu ? Son "Je t'aime". En y pensant je ne lui avait pas rendu. je voulais lui dire, là, tout de suite maintenant, de façon à ce qu'il sache que c'était réciproque, mal grès ce que j'avais penser de lui juste avant. Puis je n'entendit plus rien. Il était revenu, une déduction, lorsque je sentit sa main sur ma jambe nue puisque je portait un short, enfin si l'on peut appeler ça un short, plutôt un jean mal découpé par une maladroite qui ne devrait plus jamais se servir de ciseaux si elle tient encore à sa vie. D'ailleurs, on voyait encore, sur mon genoux droit, une ancienne cicatrice, que j'avais faite bien sûr en tombant après avoir marcher trop vite. Je me sentit soulevée, et je m'accrochait au coup de mon prince charmant.

    Je ... t'aime aussi, dis-je dans un souffle à son oreille, comme si j'étais à moitié endormie ou que j'étais prête à m'évanouir.

    Tu veux aller à l'infirmerie ?
    Tu veux aller à ta confrérie ?
    Tu veux en parler Evvie ? Dès qu'on est dans un endroit calme
    Je me demande bien qui ou quoi a pu te mettre dans ce sale état


    Ses deux dernières paroles me firent réagir.
    En parler ? Si ça avait été Cédric, nous n'aurions pas eu besoin d'en parler. Aïe, je venait de faire une sale gaffe. * Oops * pensais-je. Si ce n'était pas Cédric, qui était-ce alors ? Je me mordais la lèvre. Je secouais la tête, au point où j'en était, je ne pouvais certainement pas revenir en arrière, mais je pouvais tout de même essayer de m'enfoncer encore plus. Comment avais-je pus croire à une blague ? Pourquoi avais-je oser penser qu'il reviendrait me voir sur le champ, comme si ce qu'il allait se passer en Russie était moins important que moi ? J'étais décidément sotte et stupide.

    La vue me revint peu à peu. Je découvris des boucles sombres et parfaites. J'eus un hoquet d'horreur. Je venait de dire à Nate Gray "Je t'aime" et j'étais à présent dan ses bras, bien que je m'y sentait bien, c'était comme ... réconfortant. Nate Gray, je ne le connaissait pas vraiment, enfin pas vraiment comme un ami. C'était juste une connaissance, par l'intermédiaire de Chelsey, de Cherry ou encore de Phoebe. Je ne savais pour quelle raison j'étais heureuse qu'il soit là, peut-être parce qu'il était un peu plus facile de se confier à "un inconnu" qu'à un ami, peut-être ayant peur de la réaction de celui-ci, une seule révélation pouvait gâcher une longue amitié, j'en avais déjà fait les frais auparavant.

    J'acquiesçai pour répondre à sa question, peut-être qu'en parler me ferais du bien, même si le sujet était nul, non, c'était moi qui encore une fois était nulle, nulle d'avoir mal réagis, j'aurais peut-être du ne pas réagir du tout, comme font les autre personne. A voir sa réaction lorsqu'il reviendra & que tout le monde lui racontera ma réaction nulle lors de son départ.
    Sa dernière parole me fit réagir autrement. Qui m'avais mis dans cet état ? Cédric bien sûr, quoique non, lui n'y était pour rien. Moi & moi seule m'étais mise dans cet état, rien que moi. Il n'avait rien fait, lui. Il était partit, & c'était mal de rejeter sa faute derrière son dos. Je fis un petit sourire en pensant à ma sottise.


Euh ... Je peux marcher
, avis-je ajouter, hésitante car je ne savais pas moi-même si c'était vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Older Sister
    • La vie est une pathétique démesure .;

avatar

▬INSCRIPTION DAY : 29/06/2008
▬NBRE MESSAGES : 321

MessageSujet: Re: Apprendre à marcher ... [TERMINE   Mer 20 Aoû - 2:28

.« Quand la plupart des gens de l'Université apprennent quelque chose, ils ont diverses manières de les voir. Soit ils se taisent & croient ce que tous disent en ne se demandant même pas si c'était la stricte vérité, comme plus de la moitié des élèves, ou alors ils étaient compatissant & ne faisaient rien soit par peur d'aggraver les choses même si vu l'état de la jeune fille, il était peu probable que cela soit possible, ou alors par peur de ne pas savoir comment s'y prendre. Ce qui n'était définitivement pas mon cas à moi, Nate Gray, même je n'étais pas un tombeur, je ne connaissais que trop bien ces yeux rouges & ces reniflements, & même si cela peut paraître assez stupide venant d'un homme, je savais que la peine ne partirait que si l'on en discutait. Lorsqu'on a mal, ne rien dire c'était pire que mourir, drôle d'allusion puisque si celle-ci était vrai, je serais assurément mort, il y avait de cela un an. C'est bête, je n'y avais pas prêter attention mais cela faisait tout juste un an aujourd'hui que j'étais réellement célibataire, si on mettait de coté toutes les tentatives inutiles de Hannah, que j'avais en quelques sortes abandonné. Ne croyez pas que seules les filles sont capables de se souvenir, les hommes aussi seulement si le sujet blesse, vous vous souviendrez toujours du jours où vous étés nés pur atterri dans ce monde superficiel & totalement dépourvu d'humanité & de compassion.. J'étais un homme rempli de compassion, un peu trop comme on pouvait le remarquer mais je n'abandonne jamais ses amis qu'ils en soient vraiment ou pas dans ce cas là, l'Université pourrait venir frapper à ma porte pour pleurer à chaude larme sur son épaule. Les gens sont des hypocrites, ils ont ce qu'ils veulent & n'arrivent toujours pas s'il se serviront de leur sac noir ou celui blanc avec des rayures alors que des millions de personnes meurent de faim, c'est le cercle vicieux, les plus pauvres ont bien plus que nous. Si dans le nous, est-ce que je m'inclus ? Bien évidement que ce n'est pas le cas ! Pour revenir à l'histoire d'Evvie, si j'avais assisté à la scène j'aurais peut être compris, ou peut être pas qui sait c'est bien beau de parler mais pour ce qui est d'observer, on ne voit que ce que l'on veut voir, mais je me doutais bien depuis quelques instants que Cedric était lié à ce petit drame. Il y avait ce petit truc dans mon cerveau qui se connectait pour mettre un schémas sous mes yeux, invisible, bien entendu, & tout semblait alors si logique, c'était Cedric la cause, tous les amis de ces deux là ne doutaient pas qu'il se passerait quelque chose mais est-ce que mon ami aurait fait le contraire de ce que l'on attendait de lui ? C'est très énervant je m'en rend compte, ne pas savoir ce que l'on attend de vous de un & de deux que l'on attende de vous quelque chose alors que votre relation était déjà compliqué, tiens c'est bizarre, je me sens tout de suite impliqué.. Ces derniers temps, moi aussi tout comme Evvie je pouvais avoir des problèmes, pourtant les miens me semblaient bien stupides comparaient au siens même si les réactions chez les filles sont exagéré à cause des hormones, nous on consomme d'une autre façon notre testostérone. En tout cas, je devais me sentir utile & Evvie m'était tombé dans les bras, c'est sous entendu bien entendu, en plus d'être une connaissance que j'appréciais, elle était peut être la fille dont mon pote était tombé amoureux, c'est beau de s'entendre penser cela chez nous, de nos jours, bien peu de garçons se sentent capable d'assumer leur sentiment, quelle fichue société, alors je n'allais surement pas l'abandonner pour la laisser seule face à ses Charpies ! Ce n'était pas si noble de ma part, je me sentais décontenancé, un peu tendus parce qu'elle semblait vraiment mal ce qui s'accordait à ma moue inquiète mais aussi désolé d'avance, son histoire allait être assez pénible a entendre & a conter.

.« Nous étions arrivé à environ plus de la moitié du couloir dans lequel j'avais retrouvé son corps défraichi à cause des larmes, me maudissant moi-même de savoir le pourquoi du comment & de ne pas oser en parler maintenant. Je pouvais réellement me trouver lâche mais en faite, c'était de l'auto préservation mais pour lequel de nos deux ? Aucune idée, peut être les deux. Elle avait commencé à bouger à ce moment précis, s'accrochant à mon coup comme une noyée que je venais de sauver & sous la surprise j'arrêtais de respirer, puis esquissa un petit sourire un peu bête, me demandant qui elle était entrain d'imaginer à ma place ? La plupart des filles imaginerait Brad Pitt ou Goerge Cloney mais j'étais sûr d'être loin du compte en réalité, mon subconscient n'arrêtait pas de faire sonner la clochette de réponse mais je n'avais aucun idée de, justement, me faire des idées. Je le saurais bien assez tôt.

« Je ... t'aime aussi »

.« Je m'arrêtais tout à coup de la trainer. Cela fait mal quand on sait qu'on a toujours eu un peu raison mais qu'on se l'est nier. Je savais très bien que ce n'était pas à moi qu'elle adressait ses mots mais à la personne qui était partie peu avant mon arrivé, Cedric. Rah, moi qui me maudissait de ne pas assez me préoccuper des histoires des autres, maintenant j'étais servi quoique cette fois-ci, je savais ce que pouvais faire une dispute ou quelque chose dans le genre à une fille, je n'avais que mon point de vue. Imagine la même souffrance sur quelqu'un qui m'étais cher, me transperçait l'estomac & je serais aller rendre mon déjeuner si je n'avais pas un self-control à toutes épreuves, je n'étais pas le bon copain sans rien, les pulsions & autres choses choses désagréables, je savais les contrôler. Peut être que je devrais l'enseigner à Shane.. Quoique ce n'est qu'un supposition après tout, advienne que pourra. Voyant qu'elle était gêne de m'avoir dit ces trois mots même si moi je n'avais rien ressenti, me doutant qu'on ne le dis pas à la première personne qui vient vous aider, j'esquissais un petit sourire encourageant avant d'atteindre la fin du couloir, Evvie toujours sous le bras, avant de la lâcher totalement vu qu'elle n'attendait que cela, bah a pas de quoi fuir quand même ! Quoique je n'ai pas la pudeur de la jeune fille.

« Euh ... Je peux marcher. » m'indiqua-t-elle après un sourire qui me sembla énigmatique.
« C'est Cedric hein ? » lançais-je sans pour autant avoir l'air avare de renseignement, je voulais juste qu'elle se sente mieux. « Je ne suis pas dupe tout de même. » avançais-je ensuite dans un soupire avant de m'adosser contre le mur pour y tomber & atteindre le sol sur les fesses. « Assis-toi. Enfin si tu veux toujours me dire pourquoi est-ce que tu m'as pris pour lui.. Tu savais qu'il viendrait ? Enfin je préfère ne pas y penser tant que tu ne m'aura pas dis. J'ai toute ma journée après tout, j'ai plus de cour. »

.« Voyant qu'elle me jugeait dangereusement comme effrayé, j'expirais silencieusement avant de me cogner volontairement la tête sur le mur derrière moi. Comme aborder le sujet sans trop se montrer avare ? Ma main tapant toujours sur la place à droite de moi, je jetais mon regard dans le sien, jaugeant aussi derrière elle pour voir si des Epsilons viendraient d'elles-même, ça me fera du bien de taper aujourd'hui.

« Tu sais cela fait toujours du bien de le dire à quelqu'un & surtout quand cette personne n'est pas proche de toi, cela limite les risques de fuites. » Voyant qu'elle ne répondait pas, j'ajoutais en fermant les yeux, réveillant de mauvais souvenirs. « Je sais ce que c'est Evvie & je sais aussi ce qui serait mieux pour ne pas déprimer à longue duré. »

_________________
    J'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l'indifférence .;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evvie Tramore

avatar

▬INSCRIPTION DAY : 08/07/2008
▬NBRE MESSAGES : 59
▬CONFRERIE : Bêta

MessageSujet: Re: Apprendre à marcher ... [TERMINE   Mer 27 Aoû - 17:08

    C'est Cédric hein ?


    Premier : « Aïe ! » . Il m'avait traîner jusqu'à un endroit dont je n'avais même pas le souvenir qu'il existait ou même de l'avoir vu avant, peut-être était-ce à cause des dernières larmes qui couvraient ma vue d'un flou bizarre & humide ? Il s'était arrêté, au moment ou j'avais fait la gaffe du siècle. J'étais tout de même contente, il n'avait pas réagis comme tout les autres, enfin ça je l'avais compris dès le début. Quelqu'un d'autre ne serait pas venu m'aider tout à l'heure, ou peut-être que quelqu'un serait venu me voir, mais sûrement pour me dire de bouger de devant son casier. Je soupirais à cette pensée. Mais en revenant à Nate, quelqu'un d'autre m'aurais lâcher par terre, ou serait dégouter, & surtout n'aurais pas déduit aussi vite que je croyais m'adresser à Cédric, ce qu'il me fit remarquer. Qu'est que j'étais censée lui répondre ? Après tout ? Je ne lui avait rien demander. Enfin si. Il voulait qu'on parle. Mais je n'avais pas fait le rapprochement. Si on devait parler, c'était forcement de Cédric & de son départ. J'aurais peut-être dut y penser plus tôt. Encore une fois je suis sotte.

    Je ne suis pas dupe tout de même.
    Assis-toi. Enfin si tu veux toujours me dire pourquoi est-ce que tu m'as pris pour lui.. Tu savais qu'il viendrait ? Enfin je préfère ne pas y penser tant que tu ne m'aura pas dis. J'ai toute ma journée après tout, j'ai plus de cour.


    Je me laissais alors tombée contre le mur, lâche. Je me fis mal au popotin, mais retins un gémissement, histoire d'éviter encore de passer pour une cruche de première, je lâchais seulement une grimace. Il avait toute sa journée ? Alors pourquoi il restait avec moi au lieu de s'occuper de ses affaires, d'un autre côté moi-même je l'avais pousser a venir avec moi sans le vouloir. Bref, je devais tout réparer. Tout mettre au clair.Si je savais qu'il viendrait ? Non, je ne savais pas. Mais j'espérais que tout cela ne fus qu'un mauvais rêve. Je soupirais avant de tourner la tête vers lui, je n'avais aucune envie de répondre à ses questions. J'avais envie de parler, certes, mais au fond de moi, je sais que je ne déballe jamais tout ce que je pense & tout mes secrets aux personnes, même au meilleur des amis, il y aura toujours des fuites, rien n'est sûr.

    Tu sais cela fait toujours du bien de le dire à quelqu'un & surtout quand cette personne n'est pas proche de toi, cela limite les risques de fuites.
    Je sais ce que c'est Evvie & je sais aussi ce qui serait mieux pour ne pas déprimer à longue duré.


    Limité les risques, je n'y avait pas pensé, mais tout n'est pas identique. & moi, je ne ressemble à personne. Pas une personne dans le monde ne réussi à penser comme moi, je suis incompréhensible d'après mes parents. J'aime des choses, & j'en déteste d'autres, alors qu'elles sont proches l'une de l'autre, je pense à une chose mais j'en dit une autre, j'agis sans réfléchir mais je réfléchi sans agir. Bref, il n'y en a pas deux comme moi. Je fermais les yeux, tout comme lui, le laissant aller plus loin dans ses pensées.
    Déprimer à longue durée ? Ce n'était pas ce que je voulait faire au contraire. Je comptais bien profiter du temps que j'aurais. Profiter de la vie sans avoir à rougir, & à me cacher tout le temps. J'allais rester moi-même, tout en changeant quelques choses.

    Mais je n'étais pas prête. Pas prête à vider mon sac. Je voyais bien que Nate cachait quelque chose, mais je n'arrivais pas à mettre la main dessus. Je fixais le sol, réfléchissant aux possibilités. Soit je lui répondais, en gardant certaines choses bien sûr. Je n'allais quand même pas lui déballer ma vie, mes plus profonds sentiments pour Cédric *Aïe*. Enfin bref, il devait bien me rester d'autres options quand même ...

    J'optais finalement pour la dernière solution, la plus lâche, mais la plus raisonnable. La plus méchante peut-être, mais la meilleure j'en étais à peu près sûre. Je regardais une dernière fois Nate, avant de pousser sûrement le plus long soupir jamais connu >< . Je lui jetais un regard de remerciement & en même tant de pardon, avant de me lever, avec un peu, beaucoup même, de difficulté. Une fois sur mes pieds, une fois que je sentais bien le sol, une fois que je m'étais assurée que je pouvais marcher sans m'évanouir, je commença a avancer droit devant moi, évitant de me retourner ayant peur de céder à la pitié. Bref, j marchais sans savoir précisément où j'allais, mais un endroit où je n'aurais plus à penser à ce qui c'était passer aujourd'hui ...


[Sujet Terminé ? Je voulais faire avancer l'histoire =) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Older Sister
    • La vie est une pathétique démesure .;

avatar

▬INSCRIPTION DAY : 29/06/2008
▬NBRE MESSAGES : 321

MessageSujet: Re: Apprendre à marcher ... [TERMINE   Sam 20 Déc - 15:13

.
.
.
.
.
.

SUJET TERMINE & VEROUILLE

_________________
    J'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l'indifférence .;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Apprendre à marcher ... [TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Apprendre à marcher ... [TERMINE
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Bébé Dieu
» Apprendre à s'économiser dans ses cours...pour être moins fatiguée
» apprendre les couleurs
» Apprendre quelques rudiments de breton par la microtoponymie
» Apprendre à manger plus lentement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
__ » Dartmouth University .; :: ▬ AFTER HAVIN FUN ▬ :: Les Archives & La Poubelle-
Sauter vers: